Changer d'espace

Maison1Accueil

Air du temps

Voyages

logomutimodevie1210x310 

Espace : Mode de vie

 

Le mot« sport » vient du vieux français "desport" qui signifiait amusement, plaisir physique ou de l'esprit . Passé dans la langue anglaise, il nous est revenu transformé en « sport ». Entre temps la notion de loisirs en avait été evacuée pour ne garder que le sens d'activités physiques et mentales.

Le sport est un phénomène de société quasiment universel qui a envahi notre quotidien, qu'on le pratique ou pas, pour le meilleur et pour le pire. Raison de plus pour s'y intérresser.

Commençons par deux citations de Coluche :

"Les sportifs, le temps qu'ils passent à courir, ils ne le passent à se demander pourquoi ils courent. Alors, après on s'étonne qu'ils soient aussi cons à l'arrivée qu'au départ !"

 "On peut toujours trouver plus cons que les supporters : y’a les sportifs. Parce que les supporters, ils sont assis : les autres, ils courent !"

Je livre donc à votre réflexion les articles et vidéos qui suivent, vous, qui consultez ce site et qui à cet instant, on peut le supposer, êtes assis et ne courez pas. Ou alors, c'est que vous courez en visionnant votre téléphone portable au quel cas vous êtes particulièrement cons et on se demande bien pourquoi vous réfléchiriez.

Sinon vous trouverez ci-dessous des articles à consulter consacrés au phénomène sportif dans son ensemble et qui ont retenus notre attention.

 

 

Choisir un thème en cliquant sur le texte >>>>>

 


 Etre de gauche et aimer le foot? A bas le sport !  Sport au féminin 1000 ans de jeux olympiques
       

 Le foot, ça dit plein de choses
     
       

 

 

 

           

 

 

 

 Foot GaucheEtre de gauche et aimer le foot?

Juste avant l'"Euro" 2016, Médiapart a organisé un débat sur ce thème. Comment être progressiste et aimer le foot? Comment peut-on résoudre les contradictions ( pour reprendre un vocabulaire de gauche) d'une passion entachée de tant de compromissions?

Comment  le semaine dénoncer les inégalités ( de revenu en particulier), se révolter peut-être contre un patron percevant un salaire, souvent au prix d'un travail acharné, cinq ou six fois supérieur au votre et la fin de semaine payer pour avoir le droit d'admirer dans un stade des gens (souvent à l'esprit mercenaire) qui gagnent 100 000 euros par mois.

Ne serait-ce pas cela l'aliénation? Le foot ne serait-il pas l'opium du peuple?

Sans doute, ce n'est pas le jeu en lui-même qui est à jeter mais le système qui l'organise. Mais sous prétexte que l'on aime le foot, faut-il tolérer son environnement et le cautionner par sa présence sur un stade ou devant sa télévision?

cliquez sur la vignette pour visionner la conférence postée sur "YouTube".

 

JMBrohmA bas le sport ! Conférence de Jean Marie Brohm

Après avoir exercé le métier de professeur d'éducation physique et sportive Jean Marie Brohm a bifurqué vers l'enseignement de la sociologie et la philosophie.

On trouve dans cette conférence des éléments intéressants de réflexion et des critiques pertinentes même si je ne partage pas sa philosophie générale. J'adhère à de nombreux de ses arguments mais le personnage a un coté "ayatollah" nous rapellant les grandes heures de l'inqusition qui, me semble-il, déconsidère l'ensemble. Il y a du religieux dans ses imprécations. Peut-être même une recherche de la pureté qui fait par moment fait froid dans le dos. En règle générale, on ne gagne rien à se vautrer dans l'excès sinon à déconsidérer la cause que l'on veut défendre. Au fur et à mesure qu'il égraine ses propos, on a le sentiment que ses arguments sombrent dans la démesure l'entrainant du même coup.

Le sport n'est que le produit de la société dans lequel nous vivons. Et les valeurs qu'elle véhicule, en général et à travers le sport en particulier, aussi critiquables qu'elles peuvent être quelque fois, ce n'est pas le monde actuel qui les a inventées. Elles sont inhérentes à l'âme humaine depuis toujours.

Mais à vous de faire votre opinion!

cliquez sur la vignette pour visionner la conférence postée sur "YouTube".

 

sportfeminin01Sport au féminin

Juin 2018 : nous somes en pleine coupe du monde de foot-ball en Russie. Les Iraniennes viennent d'être autorisées à assister dans un stade à une rencontre de foot-ball en présence d'hommes. Un article paru de le "Huffington Post" dans la série "COPINES D'AVANT", nous rappelle que l'engouement des femmes pour le sport ne date pas d'aujourd'hui. Le premier club de foot-ball féminin, le "Fémina Club" a été crée en 1917. Bien que l'époque n'était pas très joyeuse, tout semblait bien parti. Et bien non! Ce ne fût pas aussi simple. même ce cher Baron s'en mêle et déclare : "Une olympiade femelle serait impratique, inintéressante, inesthétique et incorrecte."

Cliquez sur la vignette pour découvrir l'article du "Huffpost".

Retourhautpage

 

 

1000ansJO1000 ans de jeux olympiques

(776 av. J.-C. / 261 ap. J.-C.)

Essai de Moses-I Finley & H-W Pleket publiés aux éditions Perrin

 Résumé de l'éditeur : "Les jeux Olympiques constituent la manifestation la plus médiatisée du monde ; pendant quinze jours, des centaines de millions d'individus ont les yeux rivés sur les compétitions. D'où vient cette fascination ? Qu'avons-nous retenu de l'histoire et de l'expérience millénaire des Grecs ? Et d'abord, comment se déroulaient les jeux voilà vingt à vingt-cinq siècles ? Moses I. Finley, l'un des plus fameux historiens de la Grèce antique, met sa culture encyclopédique et son talent de conteur pédagogue au service du sujet. Avec H.W. Pleket, il détaille les lieux, les rituels religieux et politiques qui entourent les jeux. Il nous montre que les débats agitant aujourd'hui le monde olympique sont tous connus des Grecs : le professionnalisme des athlètes, le dopage, l'influence des politiques et de l'argent, la fortune et l'utilisation des vainqueurs, le chauvinisme et la récupération nationaliste."

Un ouvrage évidemment à lire si on s'intéresse au sport car encore une fois ce passé nous renseigne sur notre présent.

Cet essai nous démontre si besoin en était qu'une pratique sociale, ici le sport, ne peut échapper totalement à la société dans laquelle elle s'exerce.

Page précédente