Changer d'espace

Maison1Accueil

Voyages

Mode de vie

Airdutemps 

 

Espace : L'air du temps.

 

voiture semaineJe lis sur le site du HuffingtonPost de ce jour "Le gouvernement entend faciliter l'implantation de péages urbains à l'entrées des grandes villes (…), d'après une copie de l'avant-projet de loi d'orientation des mobilités (LOM) publié mercredi 17 octobre par le site d'information sur les politiques publiques Contexte. D'après le site, il s'agit de la mouture définitive."

Cette mesure est justifiée par la volonté de lutter contre les embouteillages, d’inciter à l’utilisation des transports en commun et surement de lutter contre la pollution.

Impossible d’être contre. Il faut sauver la planète. Un mot de plus et vous passez pour un horrible salopard… Tant pis!

Le montant du péage pourrait se monter à minima à 2,50 euros, c’est à dire pour un usager allant au travail à environ 50 euros par mois soit quelque chose comme 550 euros sur une année (le double pour les agglomérations de plus de 500 000 habitants).

Qui va payer? Ceux qui vont au travail et qui n’habitent pas les centres urbains parce que l’immobilier, ici trop onéreux pour leur bourse, les a obligé à chercher un logement à la périphérie de la ville. A ceux-là déjà pénalisés par des trajets (essence, usure du véhicule etc…) importants, on va ajouter une taxe pour avoir le droit d’aller travailler. Une double peine en quelque sorte!

Voire une triple peine car on avait déjà inventé la vignette « CRIT’AIR » qui pouvait empêcher de rouler les jours de grande pollution ceux qui ne pouvaient faute de moyen changer un ancien véhicule juger administrativement trop polluant.

Vous allez voir qu'il y en a qui vont encore se plaindre. Salauds de pauvres!

Voilà en règle général l’automobiliste citadin ou pas, ou pauvre ou non, qui tout au long de la semaine va travailler, est considéré comme un infâme pollueur. Que dis-je un pollueur, un mécréant de la cause écologique.

Par contre, chaque fin de semaine, le même ou d’autres prenant la même voiture pour ses loisirs, ne sera pas considéré comme un dégoutant personnage à pénaliser.

Sans préjugé de ce qui sera en France, cette formule est déjà en vigueur à Londres. Les automobilistes qui possèdent leur habitation permanente dans la zone de paiement (iciLondres) sont éxonérés de la taxe. Par exemple, un résident londonien ne paie pas lorsqu'il fait un aller-retour pour le week-end en périphérie de sa ville, c'est à dire pour ses loisirs, on peut le supposer. Par contre, le banlieusard venant travailler à Londres durant la semaine paiera.

ski courchevelEntrer dans une grande agglomération avec son véhicule à moteur pour rejoindre son travail, est perçu comme une chose épouvantable mettant la société en danger, utiliser le même véhicule pour aller skier à Courchevel ou ailleurs ne serait pas polluant, ni ne créerait d’embouteillages sur les autoroutes ou autres routes de montagne ni de gêne embouteillage3pour les localités environnantes.

De toute façon mieux vaut posséder une 4X4 rutilante pour ses loisirs qu’une veille « caisse » pourrie pour aller au « taf ».

 

Le salaud de la semaine, devient comme par miracle le sympathique automobiliste du dimanche.

Moi, je veux bien mais il faudrait que l’on m’explique quand on constate que des zones de montagne sont plus polluées que certaines cités.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir